Lettres perdues / Jim Bishop

Jim Bishop

Edité par Glénat. GRENOBLE , 2021

Les aventures corrosives d'Iode à la recherche de sa mère. Comme tous les matins, Iode attend impatiemment cette lettre que le facteur tarde à lui apporter. Surement une blague de ce farceur de poisson-clown qui s'amuse à livrer son courrier aux voisins... Ou peut-être a-t-il simplement été égaré ? Il n'y a qu'un seul moyen d'en avoir le coeur net : se rendre en ville. Embarqué dans sa petite auto vert pomme, Iode fait la rencontre de Frangine, une autostoppeuse au caractère bien trempé qui effectue une livraison pour le compte du mystérieux groupe mafieux " la pieuvre ". Seulement, lorsque cette dernière décide de lui fausser compagnie, le jeune garçon s'inquiète et décide naïvement de partir à sa recherche. Sans le savoir, Iode vient de mettre les pieds dans une affaire qui le placera au coeur d'un terrible drame. Sur l'île du soleil où poissons et humains cohabitent, mafieux sans vergognes et policiers incompétents sont monnaie courante. Une cavalcade absurde naviguant entre humour, douceur et drame mélancolique.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis

Avis des lecteurs

  • "quelque chose de si précieux" 5/5

    On lit dans le préambule que Jim Bishop, l'auteur de ce magnifique album, avait souhaité arrêté la bande dessinée en 2018. Quel dommage cela aurait été car nous n'aurions pas eu alors le bonheur de lire ce superbe roman graphique ! Avec Lettres perdues nous entrons dans un monde onirique, merveilleux et mélancolique à la fois. Nous faisons la connaissance de personnages attachants (mention spéciale à la Frangine Rebecca, si forte et fragile...). C'est aussi la poésie qui encore nous porte et nous réconforte. Quelle émotion, quel plaisir de lecture ! Lettres perdues c'est un peu la rencontre entre le Petit Prince et Fifi Brindacier au pays de Winsor Mc Cay. Ne ratez pas cette BD si vous voulez bien commencer 2022 !

    Avis des bibliothécaires - Le 09 février 2022 à 15:41