Imparfaites : représenter la femme dans l'art occidental, entre fantasme et domination masculine / Mieux vaut art que jamais

Mieux vaut art que jamais

Edité par First. Paris , 2022

Vierge, Vénus, prostituées, sorcières, belles endormies, étrangères, prépubères, victimes, bourreaux... Les femmes sont omniprésentes dans l'histoire de l'art occidental. Généralement dans des attitudes stéréotypées, elles endossent une multitude de rôles en étant souvent... dénudées. Un sein (voire deux) qui se fait la malle hors d'un corsage, une paire de fesses bien rondes, une cambrure improbable... On peut dire que les hommes se sont fait plaisir ! Hommes, oui, car jusqu'à la première moitié du XXe siècle, ce sont eux qui dominent le monde de l'art, imposant leurs canons esthétiques. Et si leurs oeuvres s'inscrivent dans un certain contexte socioculturel, leur art a néanmoins contribué à bâtir une image de " la femme " conforme à la société patriarcale et à véhiculer des préjugés qui, encore aujourd'hui, ont la peau dure. En effet, que la gent féminine y soit fantasmée (proportions idéales, mère parfaite, " beauté exotique "), associée au mal (sorcière, femme fatale ou monstrueuse, hystérique ou syphilitique) ou victimisée (agressée, violée, assassinée), peintures et sculptures ont longtemps été un miroir grossissant du sexisme et de la misogynie en Occident. Dans cet ouvrage richement illustré, Ludivine Gaillard s'appuie sur les mythes et leurs mises en image pour révéler la domination masculine dans l'histoire de l'art occidental à travers les siècles.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis

Avis des professionnels

  • Cachez ce sein que je ne saurais voir... 5/5

    Ludivine Gaillard a fait ses armes en tant que médiatrice culturelle et conférencière en histoire de l'art. Elle est aussi la fondatrice du site "Mieux vaut art que jamais" qui décrypte l'histoire de l'art sur un ton décalé et féministe. Dans cet ouvrage elle s'appuie sur la mise en image des mythes pour révéler la domination masculine en Occident à travers les siècles. A lire et à suivre @mieuxvautartquejamais

    Avis des bibliothécaires - Le 18 novembre 2022 à 11:48