Nouar / Cheikha Rimitti, chant

Musique audio

Cheikha Rimitti, chant

Edité par Sonodisc ; Musisoft (distrib.) , 2000

J’allais de village en village, je mangeais ce que l’on me donnait, je dormais chez les gens, ou dans les marabouts. Parfois j’étais comme possédée. Il y avait des fêtes pour les saints, les musiciens dormaient là, je dansais. Un jour, une femme m’a dit : tu as une belle voix, une bonne prononciation, il faut que je te fasse connaître à un Français qui vient souvent enregistrer le chebs. Alors j’ai commencé à chanter dans les wa’da, les banquets traditionnels. Puis dans les cantinas [cafés d’Oran], les gens faisaient la queue pour m’écouter, ils mettaient de l’argent sur un plateau et je pouvais manger. » Ainsi commence la carrière, racontée de la sorte au journaliste Daniel Caux dans une interview publiée dans le recueil d’articles Les mille et un trésors des musiques arabes (éditions le Grand Souffle en 2013), de celle qui, plus de cinquante ans plus tard, enflamme par deux fois Central Park à New York avant de décéder à 83 ans, deux jours après un ultime concert au Zénith de Paris. Au-delà d’une personnalité atypique et de sa voix rauque identifiable entre mille, cette « chanteuse pour nocturne » selon sa propre expression a fait entrer le répertoire cru des medahates dabs le raï. Initialement religieux, devenu profane, il est utilisé traditionnellement dans les assemblées féminines des mariages pour enseigner de manière explicite des subtilités de la chair aux futures épouses. En le faisant sortir de ce contexte et en l’interprétant devant un public mixte, elle y ajoute des thèmes politiques, notamment dans les années quarante où elle dénonce le joug colonial et les épidémies qui ravagent l’Algérie. Le sexe et l’alcool souvent célébrés dans les près de deux cents compositions de Cheikha Rimitti (à commencer par la chanson-titre de Charak gatâa – son premier enregistrement chez Pathé-Marconi qui pourrait se traduire par « déchire, lacère ») apparaissent ainsi comme diversions temporaires à la misère et à l’oppression. […]Coline Houssais_Musique du Monde Arabe_une anthologie en 100 artistes. Le Mot et le reste 2020.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Mendirch el haseb : rah yabki (street mix) / Cheikha Remitti, chant | Cheikha Remitti (1923 - 2006). Interprète

Mendirch el haseb : rah yabki (street mix) / ...

Cheikha Remitti (1923 - 2006). Interprète | Musique audio | Rimitti | 1996

rah yabki (dune mix) - lillette el ouihda

N'ta goudami / Cheikha Rimitti, chant | Cheikha Remitti (1923 - 2006). Interprète

N'ta goudami / Cheikha Rimitti, chant

Cheikha Remitti (1923 - 2006). Interprète | Musique audio | GPM | 2005

J’allais de village en village, je mangeais ce que l’on me donnait, je dormais chez les gens, ou dans les marabouts. Parfois j’étais comme possédée. Il y avait des fêtes pour les saints, les musiciens dormaient là, je dansais. Un...

N'ta goudami - Dahri - Noulidi - Charragt or gharaht - Daouni - Matahagrouhach - Kijani - M'rahba – lagnaoui – - Guedouzi mama - Jani el hob

Guendouzi mama / Cheikha Remitti, chant | Cheikha Remitti (1923 - 2006). Interprète

Guendouzi mama / Cheikha Remitti, chant

Cheikha Remitti (1923 - 2006). Interprète | Extrait de musique audio

Appartient à
rough guide to raï (The) ; Abdou, Cheb Mami, Malik... [et al.], chant

Chargement des enrichissements...